Bushidô et Shuradô, deux voies opposées

Dans le chapitre consacré aux intros, nous avons vu que les termes de Bushidô et Shuradô reviennent souvent. SNK ayant développé cette opposition, voyons à quoi correspond chaque voie au travers de la saga Samurai Shodown.

 

Bushidô towa shinu kototo mitsuketari (La voie du guerrier, c'est combattre jusqu'à la mort)

Le Bushidô, mot assez familier en Occident, signifie la "voie du guerrier". C'est le code d'honneur des samouraïs, inspiré par des valeurs qu'on retrouve dans le bouddhisme et dans le shintoïsme. Il est fondé sur sept vertus : rigueur, courage, compassion, politesse, sincérité, honneur et loyauté.

On retrouve ces notions dans le jeu avec le combat pouvant aller jusqu'à la mort qui doit être acceptée comme finalité de toute chose.

La compassion se manifeste, par exemple, quand Yoshitora accepte la dernière demande de Gaoh ou que Genjûrô, malgré son désir de tuer Haohmaru désarmé et affaibli après avoir vaincu Mizuki, se ravise.

La politesse est présente quand certains combattants saluent avant un combat ou après.
L'honneur peut être, dans Samurai Shodown IV, lorsque les personnages peuvent s'éventrer (cela rappele le seppuku) plutôt que de perdre tout honneur dans un combat où ils estiment avoir mal combattu. À l'inverse, il est possible de déposer son arme à terre, notamment quand son adversaire est désarmé.

 

Shuradô towa taosu kototo mitsuketari (La voie de la violence, c'est combattre pour vaincre)

Le Shuradô, c'est littéralement la "voie de la violence". Comme pour le Bushidô, le Shuradô provient du bouddhisme. Il s'agit de l'un des six royaumes d'existence, dans lequel vivent les Titans, ou Asuras (ou Ashuras). Y règnent l'agressivité et la compétitivité. Tout n'y est que lutte et jalousie, dans le but de surpasser l'autre et de prouver qu'on est le meilleur.

Cela n'est pas sans rappeler Genjûrô Kibagami. Certes formé au Bushidô, il est obsédé par le fait de prouver qu'il surpasse Haohmaru et, si l'occasion se présentait, n'hésiterait pas à le tuer pour affirmer sa supériorité.
Il ne faut pas confondre l'opposition entre Bushidô et Shuradô avec celle du Bien et du Mal qui est plus familière aux Occidentaux. Dans les épisodes où il y a les deux façons de jouer, le mode Slash (ou Chivalry) est appelé Shura dans la version originale. Quant au mode Bust (ou Treachery), plus violent, il s'appelle Rasetsu, ce qui peut signifier "vendre son âme". On voit bien ici que le Shuradô n'est pas associé au Mal.

Il est tout à fait possible que quelqu'un animé de bonnes intentions, ne désirant pas nécessairement répandre le malheur, s'engage dans le Shuradô, estimant que la fin justifie les moyens. Outre Genjûrô qui n'est pas foncièrement mauvais, c'est également le cas de Ky˘goku Hinowanokami Gaoh. Le vieux général, révolté par l'attitude du shogunat pendant la famine de Tenmei, décide de soulever une armée pour faire un coup d'état et pactise même avec un démon.

En fait, n'importe quel combattant peut suivre le Shuradô. Même s'il garde son but, sa quête, il suffit qu'il oublie un temps le Bushidô et se laisse aller au massacre frénétique. Bien que mise en opposition au Bushidô, cette voie n'en est pas moins séparée par une bien mince frontière.

Page précédente Page suivante

   




 

SITES FILS