Aero Fighters 2
 
 


shoot them up
©1994, Video System
102 Mbits


 
     

Bien que la licence Aero Fighters soit également appelée Sonic Wings au Japon, il n'y a toutefois aucun rapport avec le hérisson bleu de Sega. Autant chercher une apparition de Vegeta dans les Sengoku. C'est en 1992 qu'est sorti le premier Aero Fighters en arcade. Il s'agissait d'un jeu de tir vertical développé par Video System, avec écran en 3/4. Une filiale de Video System (Mc O'River) s'est ensuite chargée d'adapter ce jeu sur la 16-bit de Nintendo en 1993 au Japon et en 1994 aux États-Unis.

 
Aero Fighters, version arcade
(1992, Video System)
 
Aero Fighters, version Super Famicom
(1993, Mc O'River)

Une fois Aero Fighters sorti en 1992, une partie de l'équipe ayant participé à son développement décide de quitter Video System pour fonder une nouvelle compagnie du nom de Psikyô. Cette dernière développe en avril 1993 un jeu dans la tradition 3/4 (écran vertical, donc), Samurai Aces. De son côté, Video System remet le couvert le 18 juillet 1994 mais cette fois sur Neo·Geo MVS avec un deuxième épisode d'Aero Fighters. La version AES testée ici sort quant à elle le 26 juillet de la même année.

Tout commence par une intro assez assez classique pour du Aero Fighters car elle dévoile les crédits du jeu.


Les options se résumant au choix du niveau de difficulté, on ne va pas s'y éterniser. Ensuite il est temps d'accéder au tableau de sélection des avions.

Ils sont au nombre de 8 et il y en a pour tous les goûts, selon qu'on aime privilégier puissance, armement ou rapidité. À noter que la France est représentée, chose somme toute assez rare pour être signalée. Toujours à propos du pilote français, Steve, il devient Angela dans Sonic Wings 2 (la version japonaise). Il (ou elle) n'est pas sans rappeler Oscar de Jarjayes, du manga La Rose de Versailles (ou Lady Oscar en dessin animé).

Robo Keaton
Silver
Hi-En
Mao-Mao

Cindy & Ellen
Spanky
Steve
Bobby

Les avions dont disposent nos héros existent vraiment, ce qui met un zeste de réalisme dans ce jeu qui, comme son prédécesseur, offre un armement et des boss bien plus exhubérants. En mode deux joueurs, il sera impossible de prendre le même avion.

F-117 :
Premier avion furtif, le Lockheed-Martin F-117 Night Hawk est ici idéal pour débuter. Il est à la fois assez rapide, sans pour autant voir sa puissance de feu sacrifiée.

A-10 :
Le Fairchild A-10 Thunderbolt II est un avion d'appui aérien. Très lent, il se rattrape par un tir ravageur et une bombe surpuissante.

FS-X :
C'est le nom du Mitsubishi F-2 avant sa commercialisation effective. On peut dire dire qu'Aero Fighters 2 propose de piloter un prototype de F-2. Il s'agit d'un avion bien équilibré.

F-15 :
Le McDonnell Douglas F-15 Eagle est un avion de chasse principalement utilisé par les États-Unis, mais aussi par le Japon. Dans le jeu il se montre très rapide, tout en ayant une puissante de feu correcte.

F-14 :
Rendu célèbre par le film Top Gun, le Grumman F-14 Tomcat est un intercepteur. Il fait preuve de vivacité et possède un tir relativement puissant.

YF-23 :
Le Northrop YF-23 Black Widow II est un avion de chasse furtif n'ayant jamais été commercialisé. Il est resté au stade de la démonstration. Il se distingue par une bombe nettoyant efficacement l'écran.

Rafale :
Polyvalent, le Dassault Rafale est un avion de combat biréacteur. Il se montre rapide, avec une puissance moyenne. C'est un avion intéressant pour débuter.

FRS 2 :
Le Hawker Siddeley Harrier Sea Harrier FRS.2 est un avion d'attaque au sol britannique. À l'image du A-10, il se révèle très puissant, au prix d'une vitesse limitée.

Choisissons un avion et c'est parti ! On retrouve immédiatement l'ambiance de ces shoot them up verticaux du début des années 90 : une grande quantité d'ennemis tirant à tout va dans des stages bien définis à la fin desquels un boss vous attend. Ici vous sont présentés deux niveaux en images. Si le premier niveau se passe invariablement à Tôkyô, il en va autrement de ce qui suivent.
On a en fait le schéma suivant : Tôkyô Random 1 Atlantic Ocean (Bonus Stage) Random 2 Random 3 Sydney Himalaya Range (Bonus Stage) Mexico Hawaii Space
Chacun des stages dits "Random" est choisi entre Paris, l'Amazonie et New York. Une fois tous les niveaux terminés, il faudra faire ce qu'on appelle communément un second loop, c'est-à-dire une deuxième fois tous les niveaux, mais en plus difficiles.

Tôkyô
New York

Les Bonus Stages regorgent d'ennemis faciles à abattre permet d'optimiser au mieux son armement. Attention, ce n'est pas la parfaite promenade de santé, les ennemis (certes très faibles) pouvant provoquer une collision.

Aero Fighters 2 utilise deux boutons : pour tirer et pour la bombe. Il n'y a que deux sortes de bonus à récolter, les "P" augmentant la puissance de feu et les "B" donnant une bombe supplémentaire.

Voilà un menu très classique proposé par Video System, ce qui n'est pas nécessairement un mal, le premier Aero Fighter ayant été un jeu réussi. L'éditeur a-t-il tiré parti des capacités de la Neo·Geo ?...



L'écran redevient horizontal, cela entraîne une moins bonne visibilité des stages. Du côté des décors de fond, c'est assez détaillé bien qu'un peu sombre et terne : il faut aimer le bleu foncé, le marron et le vert foncé. Certains sont finis à la va-vite, comme celui de Paris. Ce dernier manque totalement de profondeur et pour la variété au niveau des couleurs, on repassera. Quant aux avions, ils sont très bien faits et fidèles à leurs modèles.


Si l
e scrolling vertical est de bonne facture, il n'a un seul plan. L'écran est parfois bien chargé en projectiles à éviter, ennemis, explosions, etc. On a alors quelques ralentissements et clignotements.


Le son est caricatural pour les musiques mais au moins l'ambiance y est en moins d'une seconde. Du côté des bruitages, c'est très classique et complet.
La musique du niveau Tôkyô est ici :


En un mot : bonne ! Pour qui aime se faufiler entre ennemis et boulettes, le jeu répond au doigt et à l'œil. Les avions rapides seront un atout pour survivre dans ce monde si hostile. Un petit conseil : rester bien concentré quand on joue à deux pour ne pas perdre de vue son avion !


Le jeu doit être fini deux fois pour voir le générique de fin. À ce sujet, les fins sont assez amusantes et tiennent compte des duos choisis. À propos de textes amusants, certains dialogues intermédiaires le sont également, mais cela est parfois involontaire, comme le "I'd be frying over the jungle" de Spanky le dauphin ("Je frirais bien au-dessus de la jungle"). De plus, même si les crédits limités au nombre de 4 garantissent de longues heures de jeu avant de voir la fin à coup sûr. Les niveaux, bien qu'en nombre correct, sont un peu courts : on arrive rapidement au boss. Les 8 avions proposés permettront à chacun de trouver son bonheur.




Ici, même si les crédits sont infinis, il faut savoir se limiter et ne pas le terminer en ayant abusé de la touche , le tout en niveau Easy. Sinon, l'intérêt paraît bien faible. En se limitant et en profitant du mode 2 joueurs simultanés, on en a pour un moment.

La bande-son est légèrement remixée, mais cela n'est pas très flagrant : n'attendez pas de puissantes orchestrations.

Quant aux temps de chargement, ils sont courts et peu nombreux, c'est un vrai plaisir de ce côté-là.

Aero Fighters 2 reste un jeu a priori peu attrayant à cause de sa réalisation terne, mais il mérite à être connu pour qui veut s'adonner au tir vertical sur Neo·Geo CD.


 
Et aujourd'hui ?
 
 

Aero Fighters 2 est bien défoulant et jouable, voilà de bons arguments pour lui. Oh, bien sûr, sa réalisation n'est pas éblouissante (graphismes et son) et même un peu perfectible (animation), mais il propose de sympathiques moments. Pour qui ne recherche pas nécessairement la perle technique qui pousse la Neo·Geo dans ses retranchements, on peut se laisser tenter.


Aero Fighters 2 rebutera ceux qui recherchent du shoot them up coloré et attrayant, comme par exemple Last Resort ou, bien sûr, Blazing Star. Ceux qui ne seront pas dérangés par son côté sérieux et sobre apprécieront ce titre correct, défoulant et varié.
L'épisode 3
améliore légèrement la réalisation de son prédécesseur et propose un défi progressif et relevé. De son côté, Aero Fighters 2 reste bien défoulant, plus cohérent et surtout... moins cher.

Tarma

 
     

   




 

SITES FILS