À la fin des années 80, il y a une vague dans le monde du puzzle game. On pourrait d'ailleurs plutôt parler de déferlante. Véritable mètre-étalon du genre, il s'agit de Tetris. La version arcade éditée par Atari se trouve alors dans de très nombreuses salles de jeux et du côté des consoles, c'est Nintendo qui rafle la mise, surtout avec l'excellente adaptation sur Game Boy. Bien entendu, un tel engouement ne peut pas laisser la concurrence insensible. Sega n'est donc pas en reste et propose une trilogie se revendiquant officiellement de son modèle : Tetris, Flash Point et Bloxeed. De leur côté, les développeurs de chez SNK n'ont pas les droits du jeu mais lancent un clone à peine voilé, Puzzled (Joy Joy Kid en version originale).

Ce sont Puzzled et Flash Point qui vont être ici confrontés, chacun proposant une vision de Tetris allant au-delà du simple portage, chacun ayant ses spécificités pouvant intéresser les amateurs du genre. Ici, il va falloir réfléchir, vite et bien, sous peine de se trouver rapidement surbmergé par ces satanées briques tombant inexorablement du plafond à un rythme toujours plus rapide.


Puzzled est d'un visuel disons, très sobre. Bon, d'accord, c'est carrément austère. Certes, les cadres en pierre façon colonnes romaines sont bien réalisés. Cela étant, le gris et le marron dominent largement. Les fonds, même s'il y en a six, se révèlent très monotones. Seules les pièces colorées apportent un peu de gaieté. De plus quand on joue seul, l'écran de jeu semble réduit car la moitié d'écran du deuxième joueur est seulement noircie. Il y a bien quelques modestes cinématiques égayant un peu le jeu, certains fonds sont un peu plus colorés, mais pas de quoi éblouir le joueur.
Flash Point dispose de fonds plus colorés et agréables que son rival, sans toutefois verser dans le flashy. On retrouve le style de Fantasy Zone au point que parfois, il s'agit de recyclage provenant de ce dernier ! Quoiqu'il en soit c'est simple, efficace et assez varié. Le tout n'est entaché que, là encore, par la moitié de l'écran qui reste vide quand on joue seul. Une zone de jeu centrée aurait été idéale pour combler ce manque et encore mieux profiter des décors.
Sans particulièrement briller, Flash Point profite de ses meilleures toiles de fond face à un Puzzled la plupart du temps trop terne.

Flash Point


Une variation de Tetris des plus sérieuses.
(Puzzled)

Un peu plus de couleurs et de chaleur du côté de chez Sega.
(Flash Point)


La partie de droite fait un peu figure de désert visuel.
(Puzzled)

Le souci est aussi présent ici, mais dans une moindre mesure.
(
Flash Point)


L'animation n'est pas un chapitre où les jeux de réflexion tirent leur épingle du jeu, et ce n'est pas Puzzled qui va infirmer la règle. Encore que, ce dernier a quelques petites choses à proposer. Outre des blocs qui tombent et disparaissent, on notera les mouvements du ballon à libérer et à surveiller, ce dernier étant au cœur du jeu. Le jeu signé SNK dispose par ailleurs de petites animations supplémentaires lors de séquences intermédiaires. Cela, sans compter les - modestes - phases de plates-formes qui viennent agrémenter les parties. Pas si basique que ça, en fait !
Du côté de chez Sega, c'est bien plus classique. Les pièces tombent de plus en plus vite, disparaissent et c'est tout. Les jolis décors de fond sont statiques et seules l'animation du tableau de jeu qui s'écroule lorsqu'il est résolu ainsi qu'un personnage (certains reconnaîtront Flicky, Alex Kidd ou encore
Opa-Opa) venu dire "good luck" au début d'un tableau apportent un tout petit peu de mouvement à l'ensemble.
Très minimaliste, mais pas tant que cela, Puzzled prend l'avantage sur Flash Point qui s'en tient au strict minimum.

Puzzled


Le joueur 2 continue sa partie, avec une petite animation à la clef.
(Puzzled)

Un classique défilé de pièces aux formes familières.
(
Flash Point)


Le joueur 2 est gentiment invité à hausser son rythme.
(Puzzled)

Les décors de fond ne bénéficient d'aucune animation.
(
Flash Point)


Puzzled propose différentes musiques pour accompagner la progression dans le jeu, les thèmes musicaux étant au nombre de six. Ces derniers s'accélèrent si on tarde à finir un niveau, ce qui est synonyme de pièces tombant de plus en plus vite : stress garanti ! Les bruitages sont pourraient être anecdotiques mais ce n'est pas vraiment le cas. SNK a voulu donner une impression de lourdeur lorsque les blocs touchent le sol, c'est plutôt réussi.
Flash Point ne dispose que d'une seule mélodie pour les phases de jeu, ce qui devient très rapidement entêtant. Voilà très probablement ce qui est la conséquence d'une taille nettement inférieure à celle de son rival, à savoir 4 Mbits contre 22 Mbits ; cela commence à faire un sacré écart ! Il y a bien une musique de quelques secondes venant ponctuer la résolution d'un tableau, mais ça reprend immédiatement sur ce seul et unique thème qui finit par donner envie de couper le son. Alors qu'il est plutôt réussi, pour être honnête. Concernant les bruitages c'est très simpliste, cela dégage une moindre impression de puissance que du côté de chez SNK.
Beaucoup plus varié, et donc forcément moins répétitif, plus soigné pour ses bruitages, Puzzled prend ici aisément le meilleur sur un Flash Point trop léger pour rivaliser à ce chapitre.

Puzzled


Tous les 10 tableaux, la musique change.
(Puzzled)

Musique agréable mais très répétitive du côté de chez Sega.
(
Flash Point)


Rien de bien extraordinaire au niveau des bruitages chez SNK.
(Puzzled)

Les bruitages sont, comme le veut le genre, très simplistes.
(
Flash Point)


Le principe de base de Puzzled est similaire à celui du mythique Tetris : emboîter des briques de différentes formes. Mais attention, le tableau de jeu fait 12 blocs de large sur 20 blocs de haut, ce qui fait une aire plus grande que dans Tetris (ce dernier en a 10 sur 20 dans sa version arcade). Ici le but est de libérer un ballon qui est coincé sous des blocs déjà présents, il n'est donc pas nécessaire de nettoyer tout le tableau pour le résoudre. SNK y a ajouté des bombes, pratiques pour libérer une partie de l'aire de jeu. Enfin on pourra noter les réactions en chaîne, ces dernières pouvant intervenir lorsqu'un bloc n'a plus rien au-dessous et tombe, contrairement à Tetris où tout reste suspendu. Les phases de plates-formes viennent rompre la monotonie du jeu mais c'est tellement secondaire et imprécis qu'il faut juste considérer cela comme un petit bonus.
Flash Point joue la carte de l'originalité très modérée avec une grande fidélité à son modèle officiel. Ici on joue dans une aire de 10 blocs de large sur 20 blocs de haut et il n'y a aucune réaction en chaîne, les blocs non libérés restant suspendus dans le vide. En revanche, comme du côté de chez SNK il y a des blocs déjà installés. Là encore, le but n'est pas de tout éliminer, il suffit de faire disparaître des blocs brillants, les flashing points.
Même si ces deux jeux sont basés sur Tetris, chacun a une vision quelque peu différente. Flash Point reste un vrai Tetris dans l'âme avec quelques modifications tandis que Puzzled propose de s'écarter un peu du schéma classique en renouvelant davantage l'expérience.

Égalité


Ça a le goût de Tetris, ça a la couleur de Tetris, mais ce n'est pas Tetris.
(Puzzled)

Si le principe de base est emprunté à Tetris, il y a quelques subtilités. (Flash Point)


Un peu de plate-forme pour se changer les idées.
(Puzzled)

Certains blocs dorés ne sont pas évidents à atteindre.
(
Flash Point)


Bien que Puzzled dispose de 120 tableaux en tout, cela n'est pas forcément un avantage implacable. En effet la fatigue peut finir par s'installer et venir à bout des deux tours de 60 étages chacune demandera temps, énergie et patience. Quant au mode pour deux joueurs, cela n'est en fait que deux parties en parallèle sans aucune interaction, ça n'apporte vraiment pas grand chose en définitive.
Flash Point n'est pas non plus ridicule avec ses 100 niveaux, sachant qu'on peut commencer par celui qu'on veut parmi les 90 premiers. Concernant le mode pour deux joueurs c'est malheureusement similaire à Puzzled, il faudra se contenter de deux parties en parallèle. Petite curiosité, il est possible, en modifiant le code du jeu, de pouvoir choisir entre Ojama Mode (le jeu de base) et Normal Mode, où l'aire de jeu est vide et les pièces y tombent indéfiniment, exactement comme dans le Tetris original.
Bref, malgré ses 120 tableaux à résoudre, Puzzled ne prend pas réellement le dessus sur un Flash Point déjà bien pourvu et proposant judicieusement de choisir son niveau de départ.

Égalité


Une tour de 6 niveaux comportant 10 tableaux chacun.
(Puzzled)

Avant de commencer on choisit son niveau de départ parmi 90.
(
Flash Point)


Une partie complète est longue, vraiment très longue.
(Puzzled)

Les niveaux s'enchaînent sans temps mort, pas le temps de souffler.
(
Flash Point)


 
Bilan
 
 



Très proches en matière de principe et de longueur, Puzzled et Flash Point peinent à se départager. Le jeu de SNK, malgré le fait qu'il est un poids léger sur son support, profite de sa taille supérieure et offre ainsi une bande-son clairement plus aboutie. Pour le reste, Flash Point se défend très bien et se permet même d'être visuellement plus attrayant que son rival.
Dans les deux cas, nous avons deux intéressantes variantes de Tetris, chacune apportant sa touche d'originalité.
Pour l'anecdote, une adaptation de Flash Point avait été prévue et même developpée pour la Mega Drive avant d'être annulée. On pourra toutefois retrouver ce portage mort-né sur PlayStation 2 dans la compilation Sega Ages 2500 Series Vol. 28: Tetris Collection.

Tarma






 
     

   




 

SITES FILS