En cette année 1996, on peut dire que la guerre fait rage dans le domaine de la course auto arcade. Les ténors sont Sega et Namco et s'affrontent à coups de Daytona USA, Ridge Racer, Sega Rally ou encore Rave Racer. Ces titres sont réalisés en 3D polygonale, rendant subitement les jeux de course en 2D bien obsolètes. C'est donc un barroud d'honneur que nous offre la course en 3D isométrique, avec ici le thème du rallye qui est abordé.

D'un côté, nous avons un titre signé Visco, firme connue pour son manque chronique d'originalité. Neo Drift Out fait tout de même suite à trois épisodes sortis sur arcade et Super Famicom, ce qui est plutôt un gage d'expérience. D'un autre côté c'est Data East qui officie. Grand habitué de la 2D arcade, cet éditeur n'a pas fourni grand chose dans le genre, à part Burnin' Rubber qui date de 1981. Backfire! est donc là pour combler ce manque, il tourne sur une carte d'arcade utilisée uniquement pour ce jeu et dont les caractéristiques sont assez proches de la Neo·Geo. Le processeur principal est toutefois cadencé à seulement 7 MHz contre 12 MHz du côté de chez Visco (ou plutôt SNK, donc), cela pourra avoir une incidence.

On se place sur la ligne de départ, le copilote ouvre le roadbook, 3, 2, 1, c'est parti !

 

Neo Drift Out propose des environnements assez variés tout autour du monde : Italie, Scandinavie, Afrique, Alpes, on voyage. Les décors ne sont pas très détaillés (il est vrai que ça va vite) mais l'ensemble reste tout à fait correct. On pourra regretter que parfois les thèmes censés être retranscrits sont peu crédibles, comme lorsqu'on a des badauds en tenue traditionnelle africaine alors qu'on est en Grande-Bretagne. Quant aux véhicules, ils disposent des licences officielles Toyota, Mitsubishi et Subaru et se montrent fort bien faits.
Le titre signé Data East possède une résolution supérieure (320 x 240 pixels) et promet lui aussi un petit tour du monde en 6 étapes. C'est franchement joli et détaillé, l'ensemble semblant effectivement un peu plus fin que Neo Drift Out. Et là, pas de faux pas au niveau des thèmes choisis, on sait parfaitement où on roule. Les bolides sont également bien réalisés, bien que cette fois, pas de licence officielle au programme.
Plus joli, plus détaillé, plus cohérent, Backfire! l'emporte sur un Neo Drift Out un peu léger à ce chapitre, malgré de jolies voitures réelles.

Backfire!


La course European se déroule en Italie, sur asphalte.
(Neo Drift Out)

Le stage Big Valley propose une course dans un canyon étroit.
(Backfire!)


La Mitsubishi Lancer se mesure à l'épreuve africaine du jeu.
(Neo Drift Out)

Chaque course dispose d'un environnement visuel bien affirmé.
(
Backfire!)


Neo Drift Out se révèle assez rapide : ça défile bien et pour qu'on ne soit pas surpris par les virages, le jeu dispose d'un effet de zoom inversé quand la voiture prend de la vitesse. Les voitures sont également très correctement animées avec de nombreuses positions possibles. Ajoutons à cela quelques effets comme la poussière ou les éclaboussures et ça donne un bon résultat. Quant aux décors, ils sont seulement animés au niveau des départs et arrivées.
Backfire! semble aussi rapide que son rival, mais il n'en est rien quand on y prête attention. Cela est dû au fait que les voitures sont vues de très près et donc que les virages arrivent vite. En prenant du recul (par exemple en regardant quelqu'un jouer), on se rend compte que le titre signé Visco est plus rapide. Cela est peut-être dû au processeur de la carte, moins rapide que celui de la Neo·Geo. Les bas-côtés sont sommairement animés et les voitures disposent de moins de positions, l'ensemble étant par conséquent un peu moins fluide.
Plus rapide, offrant des zooms au service de la jouabilité et de la vitesse, plus fluide, Neo Drift Out remporte la victoire face à un Backfire! pourtant correct dans l'absolu.

Neo Drift Out


Les virages arrivent vite, gardez un œil sur les flèches.
(Neo Drift Out)

Les badauds au bord de la piste sont généralement animés.
(
Backfire!)


Il faut bien rester au milieu avant de franchir une bosse à haute vitesse.
(Neo Drift Out)

Attention à ne pas arriver trop vite dans les virages.
(
Backfire!)


Comme dans la plupart des jeux de rallye, un copilote est là pour indiquer les difficultés à l'avance. Pas indispensable, mais toujours sympathique. Du côté du moteur, cela se gâte : c'est digne d'un mixeur asthmatique et pas du tout crédible. Le jeu de Visco se rattrape avec ses musiques, dans le plus pur style Visco. Les thèmes sont courts et entraînants, c'est très arcade.
Backfire! a aussi son copilote et des moteurs d'électroménager. Par contre, les courses se font sans musique, dommage. Il y a bien quelques notes pour les checkpoints (à la manière d'un Virtua Racing), mais cela reste bien trop léger.
Ayant les mêmes défauts que Neo Drift Out et en plus privé de musiques pendant les phases de jeu, Backfire! perd cette manche face à un adversaire pourtant loin de briller.

Neo Drift Out


Les voitures semblent avoir un moteur de mixeur.
(Neo Drift Out)

Seulement des bruitages et le copilote pendant les courses.
(
Backfire!)


Les musiques sont très Visco, très entraînantes.
(Neo Drift Out)

Le bruit du moteur n'a absolument rien de réaliste.
(
Backfire!)


Neo Drift Out se montre à ce chapitre bien souple et intuitif : le titre de Visco procure de vrais plaisirs de glisse et autres dérapages. Cela est probablement dû à sa relative expérience accumulée avec Drift Out, Drift Out '94 et Super Drift Out. N'oublions pas les zooms qui servent à merveille la jouabilité (ce ne sont pas juste des effets pour impressionner) en permettant d'anticiper au mieux des virages qui arrivent pourtant vite. Dans tous les cas il ne faut pas attendre de la simulation pure ni même de l'arcade exigeante façon Sega Rally. Ici les approximations sont certes punies, mais pas fatales, le plaisir immédiat est clairement mis en avant.
Quant au titre de Data East, il se révèle plus raide et moins tolérant que son rival. Cela étant, il reste franchement plaisant à jouer, les sensations sont là, on est bel et bien dans le monde de l'arcade. Mais voilà, pas de quoi atteindre le niveau de confort du jeu Visco.
Neo Drift Out l'emporte ici grâce à ses dérapages au poil et à sa souplesse d'ensemble.

Neo Drift Out


Les commandes sont simples et très efficaces.
(Neo Drift Out)

Backfire! dispose d'un maniement extrêmement proche de son rival.
(
Backfire!)


Cette course sur neige et glace en Scandinavie est très glissante.
(Neo Drift Out)

Encore de la glace, mais cette fois chez Data East.
(
Backfire!)


Six spéciales et trois voitures du côté de chez Visco, sans compter la spéciale Practice, ridiculement courte. Finir le jeu demandera d'ailleurs même pas dix minutes. Et là on touche encore plus du doigt la raison d'être de ce jeu : proposer de l'arcade pure et décomplexée. Neo Drift Out est un jeu qui se picore, on ne le dévore pas. Une petite partie de temps en temps pour prendre du plaisir, découvrir des raccourcis et améliorer ses temps, c'est parfait. Un jeu certes court, mais où on revient plus que volontiers sur le long terme.
Ne disposant que de deux voitures mais proposant également six spéciales et même un mode à deux joueurs sur borne à deux écrans, Backfire! est de la même veine que son rival. Là aussi on est dans l'arcade, dans le plaisir ponctuel (l'idée de base étant de laisser une petite pièce de temps en temps dans la borne) et l'envie d'y revenir régulièrement est bien présente.
Nos deux rivaux ont le même esprit, des concepts similaires et au final font à peu près jeu égal pour la durée de vie.

Égalité


De vraies voitures, comme la Subaru Impreza...
(Neo Drift Out)

... et des presque vraies, comme la Andula 2.0 Rally, ou Peugeot 106.
(
Backfire!)


La sixième et dernière spéciale va bientôt débuter.
(Neo Drift Out)

Six spéciales aussi chez Data East, en commençant par celle qu'on veut.
(
Backfire!)


 
Bilan
 
 



Nous voilà face à deux jeux de rallye arcade en 3D isométrique très similaires. C'est fun, le plaisir est immédiat, il est hors de question de se prendre la tête. Cette proposition arcade est encore mieux maîtrisée par Visco avec sa jouabilité très accessible, sa vitesse plus grisante et la présence de musiques parfaitement en adéquation avec ce style de jeu.
Backfire! est plus joli, très arcade également et ne décevra pas le joueur qui voudra lui donner sa chance. Il ne s'incline finalement que de peu, même s'il perd à trois chapitres.
Après, c'est sûr que dans les deux cas ce n'est ni du System 22, ni du Model 2 : cela reste de la 2D peut-être plus limitée, mais tellement plaisante !

 

Tarma






 
     

   




 

SITES FILS