Nous sommes en 19XX, la ville tombe en ruines. Un savant fou a pour plan d'en prendre le contrôle en produisant des mutants. Heureusement, des combattants vont s'opposer à lui. Vous l'aurez deviné, il va être question aujourd'hui d'un beat them up sorti en mars 1992 avec un scénario nanardesque à base de mutants, c'est évidemment... Silent Dragon de Taito. Quoi, et Mutation Nation ? Eh oui, nous avons droit à la sortie quasi simultanée de deux beat them up prétendant proposer des mutants dans un univers post-apocalyptique.

Les forces en présence sont à peu près similaires, avec d'un côté SNK qui n'en est pas à son premier essai, après les Sengoku, Robo Army et autres Burning Fight, et qui exploite de mieux en mieux sa Neo·Geo. De l'autre côté nous avons Taito, loin d'être un débutant comme en attestent The Ninja Warriors ou la série des Rastan, ici aussi sur un système propriétaire, donc bien maîtrisé.

Les savants fous vont lacher leurs mutants, il est temps de tout remettre en ordre à coups de mandales, c'est parti !

 

Mutation Nation est un jeu où les graphismes jouent un rôle important. On a droit à des décors à tendance post-apocalyptique du plus bel effet, ces derniers instaurant une ambiance des plus réussies, même si le sentiment de ville en ruines en proie aux mutants n'est pas toujours présent. Non seulement l'ambiance est là, mais en plus la réalisation est de haut niveau. On en prend plein les yeux, Burning Fight faisant désormais figure d'essai. Avec Mutation Nation, c'est un véritable déluge de couleurs et de détails, le support étant bien exploité. Du côté des ennemis, ce n'est vraiment pas mal, toute une galerie d'ennemis complètement improbables étant proposée.
De son côté, Silent Dragon se montre plus classique. On a droit à de jolis décors tout propres aux couleurs éclatantes, mais qui manquent tout de même de détails et de profondeur en comparaison du concurrent de chez SNK. Et les ennemis ? Ce n'est pas mal non plus, avec les classiques racailles à l'allure inquiétante mais pas trop. Ah et pour l'ambiance post-apocalyptique avec plein de mutants ? Taito semble avoir complètement oublié ce détail et mis à part un tatou géant, une momie et une chauve-souris géante, tout le reste transpire trop le beat them up classique.
Plus joli, plus travaillé, doté d'un bestiaire original, Mutation Nation surpasse aisément un Silent Dragon Dragon certes très correct mais inférieur, et surtout pas mal hors sujet.

Mutation Nation


Savant fou, apocalypse, hommes mutants, le décor est planté.
(Mutation Nation)

Il y a quand même quelques graffitis sur les murs.
(Silent Dragon)


Ce parc est infesté d'hommes-fourmis.
(Mutation Nation)

Les braves passants ont muté en racailles dignes de Final Fight.
(
Silent Dragon)


Mutation Nation et ses personnages de grande taille, ses effets de zoom et ses nombreuses petites animations imposent le respect. De plus, ralentissements et clignotements sont très rares, comme bien souvent sur Neo·Geo. On notera par ailleurs certaines interactions avec les décors, comme lorsqu'on saute dans l'eau dans les égouts ou que des vitres sont brisées dans la laboratoire du savant fou. Enfin on appréciera les héros qui respirent avec difficulté quand leur barre de santé est au plus bas ou encore les mutants qui meurent dans une joyeuse explosion de tripes.
Plus classique, Silent Dragon peut se montrer assez chargé en ennemis et dispose de quelques effets comme les explosions et les flammes. Cela ne fait pas tout et honnêtement, les mouvements se montrent tout de même un peu trop raides : on se retrouve un peu avec le syndrome "balai dans le cul", comme
par exemple dans Burning Fight.
Plus généreux, plus travaillé, plus "arcade", Mutation Nation dipose d'une meilleure animation que celle de son rival.

Mutation Nation


Dans ce laboratoire des ennemis arrivent du fond et cassent le vitrage.
(Mutation Nation)

L'animation de certains coups manque de fluidité.
(
Silent Dragon)


Cet énorme boss n'a pas l'air du tout commode.
(Mutation Nation)

Un joli effet pour les ennemis qui brûlent vifs.
(
Silent Dragon)


Des thèmes tout à fait en accord avec les décors vous accompagneront dans Mutation Nation. C'est vraiment le jeu de l'apocalypse ! Leur qualité est correcte, bien qu'on puisse faire mieux sur Neo·Geo. Concernant les bruitages, c'est plutôt bon, même si certains détails pourront faire un peu sourire, comme le cri poussé par les héros lorsqu'ils chargent une attaque ou la râle vomitif des boss quand ils sont vaincus. Plus sérieux et plus gênant, des voix sont réutilisées d'un personnage à l'autre, ce qui a de quoi surprendre, au regard de la taille imposante du jeu.
Silent Dragon ne bénéficie pas d'une bande-son aussi percutante. Les musiques, bien que correctes, sont plus anodines et ne s'affirment pas vraiment. Elles donnent à l'ensemble un côté film de série B de castagne qui va plutôt bien au jeu. Quant aux bruitages, s'ils sont de moindre qualité dans Mutation Nation, ils se révèlent efficaces avec des impacts de coups retranscrivant parfaitement une grande puissance.
Avec ses musiques plus affirmées contribuant à son ambiance post-apocalyptique, Mutation prend le meilleur sur un Silent Dragon toujours aussi classique.

Mutation Nation


Ces camions font un bruit impressionnant au démarrage.
(Mutation Nation)

Les sonorités ont des accents de synthé des années 80.
(
Silent Dragon)


Sans être exceptionnelles, les musiques assurent l'ambiance.
(Mutation Nation)

La puissance des coups portés est bien retranscrite.
(
Silent Dragon)


Mutation Nation ne permet qu'un enchaînement de coup, certes décliné à trois sauces différentes. Les personnages ont quatre pouvoirs spéciaux, il y a bien une prise au corps à corps et quelques combinaisons, mais c'est tout. Il manque par ailleurs la présence d'un coup qui permettrait de se dégager d'une mauvaise posture. Le seul coup qui consomme de l'énergie vitale se joue en concentration, ce qui est totalement inadapté aux situations critiques. Ajoutons à cela des boîtes de collision pardois hasardeuses (surtout lors des sauts) et on obtient un beat them up tout de même un peu léger à ce chapitre.
Avec Silent dragon, l'amateur de beat them up est davantage à la fête. Précision supérieure, vraie magie pour se dégager, armes à ramasser, objets à lancer, le programme est nettement plus complet que du côté de chez SNK. On appréciera les coups portés avec davantage de précision, ce qui rend le jeu plus agréable à l'usage.
Ici Silent Dragon prend une belle revanche sur un Mutation Nation décidément trop pingre en possibilités. Cela, sans compter que SNK persiste à ne pas travailler en profondeur la gestion des boîtes de collision de ses beat them up, trop exigeants car demandant une précision millimétrique qui ne convient pas au genre.

Silent Dragon


Les coups de pieds sautés manquent cruellement de précision.
(Mutation Nation)

Sans être très innovante, la jouabilité de Silent Dragon est complète.
(
Silent Dragon)


Cette discothèque n'est vraiment pas le lieu pour draguer.
(Mutation Nation)

Voici un coup de Joe qui touche son ennemi de plein fouet.
(
Silent Dragon)


Le jeu de SNK propose 2 personnages - dédiés à chaque joueur, malheureusement - aux caractéristiques identiques. Pour finir le jeu il faudra parcourir 6 niveaux assez difficiles. Le jeu n'est pas très long (une grosse demi-heure) mais dès la deuxième moitié, attention à bien économiser ses crédits, tant ils peuvent défiler rapidement.
Du côté de chez Taito, ce sont 5 stages, 4 personnages très différents, sans oublier la possibilité de jouer jusqu'à 3 en simultané. Cela, sans compter la jouabilité plus complète qui donne inévitablement davantage envie d'y revenir. Une partie dure également une trentaine de minutes et la difficulté est comparable, quoique peut-être légèrement moindre.
Bon, là aussi, on comprendra que Silent Dragon, malgré un niveau de moins, remporte tout de même ce round.

Silent Dragon


Deux héros identiques et alloués à chacune des manettes.
(Mutation Nation)

Un choix de quatre personnages, chacun ayant ses caractéristiques.
(
Silent Dragon)


Ce niveau commence dans le métro et finit dans les égouts.
(Mutation Nation)

Plus on est de fous, plus on rit : on peut jouer à 3 en même temps.
(
Silent Dragon)


 
Bilan
 
 



Mutation Nation parvient à s'imposer de justesse face à un Silent Dragon qui est pourtant loin d'être dénué d'intérêt.
Le titre signé SNK a pour lui une réalisation de meilleure qualité ainsi qu'une plongée plus convaincante dans un monde au bord du gouffre infesté de mutants hostiles. De son côté, le jeu de Taito dispose d'une jouabilité plus complète et propose davantage de personnages, bien différenciés.
Si Mutation Nation l'emporte au points, certains lui préfèreront donc à juste titre Silent Dragon qui constitue un beat them up sans gros point faible et moins répétitif, à défaut de proposer l'univers de fin du monde peuplé de mutants promis au départ.

Tarma






 
     

   




 

SITES FILS