Metal Slug 3
 
 


 
     

S'il est une série emblématique du run and gun, c'est bien Metal Slug. Une action ultra-soutenue, un visuel en pixel art des plus détaillés, un humour omniprésent, cette saga est incontournable pour qui aime le genre. L'épisode 3 en est d'ailleurs considéré par certains comme l'aboutissement ultime, voire comme le meilleur jeu sorti sur Neo·Geo !
Code Mystics n'adapte donc pas n'importe quel titre en choisissant un des fleurons du genre.

Mais attention, Metal Slug 3 n'est pas sorti seulement sur Neo·Geo, il a par exemple été porté avec brio sur des consoles telles que la PlayStation 2 et la Xbox. Cette version PlayStation 4 sera-t-elle à la hauteur des espoirs ? Metal Slug 3 retrouve-t-il ici sa jeunesse ? Toutes les réponses sont dans ce test.

Metal Slug 3 n'avait pas d'intro sur Neo·Geo, c'est également ici le cas. L'écran d'accueil a cependant bénéficié d'un ravalement de façade intégral. Ce n'est pas grand chose, mais on peut espérer davantage qu'un bête portage embarquant une ROM et un émulateur sans autre habillage.


Cette adaption PlayStation 4 propose 6 modes : Arcade, Online, Ranking, Trophies, Options et Credits. Eh oui, les modes Attaque du Vaisseau-Mère et Chubby Isle Paradiso des PlayStation 2 et Xbox ont été purement et simplement supprimés.
Ces modes sont-ils trop connotés début des années 2000, donc indignes d'une PlayStation 4 ? Possible. Ou alors ont-ils été tout simplement oubliés, Code Mystics ne se basant que sur la ROM originale ? Probablement. Dans tous les cas, c'est dommage d'enlever ces modes, ils constituaient de jolis bonus.
Voyons ce que cette adaptation a à proposer, plutôt que de pointer uniquement ses manques.



Le mode Arcade, c'est la Neo·Geo intégralement adaptée. On y retrouve Marco, Eri, Tarma et Fio pour une aventure haletante s'étalant sur 5 missions d'action pure et débridée. C'est varié, défoulant, épuisant, on en redemande. Bref, voilà un jeu qui méritait assurément un portage sur PlayStation 4 pour que les joueurs jeunes ou moins jeunes puissent profiter de ce titre mythique de la Neo·Geo. Si on ajoute à tout cela l'absence de censure, on ne peut qu'être très satisfait. Bien entendu, le multi en local de la version Neo·Geo est conservé.
Alors, tableau idyllique ? Eh bien, pas vraiment. Si c'est très bien de retrouver Metal Slug 3, cela s'assombrit quand le jeu se met en mouvement. Oh, on ne tombe pas dans l'atrocité de Metal Slug Anthology, mais il est clair que cette adaptation est plus lente que la version originale.



Aspect incontournable d'un jeu PlayStation 4, le mode Online permet de jouer à distance pour peu qu'on ait une bonne connexion Internet ainsi que l'abonnement PlayStation Plus. Pas sûr de trouver toujours du monde pour jouer sur le long terme, cela reste tout de même très appréciable.



Ici, rien de bien original : on peut comparer ses scores à ceux du gratin mondial ou à ceux de ses amis. D'ailleurs à ce sujet, quand on sait que les meilleurs scores sur la version originale ont du mal à dépasser les 10 à 15 millions de points, on se demande comment certains arrivent ici à plus de 2 milliards. Bref, l'intérêt d'un tel mode reste à démontrer.




Il y a 14 trophées, dont 2 d'argent et 1 d'or. Ce mode sera l'occasion de voir les liste de ceux qu'on a obtenus, certains n'étant pas évidents, surtout si on joue avec 3 ou 4 vies par crédit.

 



Les incontournables Options sont de la partie avec de nombreux réglages comme la configuration de la manette, le nombre de vie par crédit, l'activation ou non du How to Play ou encore l'ajustement du volume sonore. N'oublions pas l'affichage en 4/3 avec 4 fonds d'écran au choix, ou alors en 16/9 (hélas étiré), le tout avec ou sans scanlines. De ce côté-là c'est bien complet, on n'est pas dans le domaine de la bête ROM émulée sans réglage possible.



Si Metal Slug 3 a son propre générique de fin, cette adaptation PlayStation 4 a également le sien en plus, visible depuis l'écran d'accueil.



Metal Slug 3, c'est la quitessence du run and gun, avec ses environnements variés, ses armes à foison, son action pure à la limite de l'épuisement. Ici, tout est conservé, ouf ! De ce point du vue, le jeu n'a pas du tout vieilli. Cela étant, il faut avouer qu'une remasterisation aurait été grandement appréciée pour un tel jeu.

Les bifurcations (déjà présentes dans la version originale) allongent considérablement la durée de vie en invitant à emprunter d'autres chemins lors de nouvelles parties. Certains sont plus faciles que d'autres, un seul permettant d'avoir un maximum de prisonniers à libérer.

Quant aux transformations, c'est également un vrai plaisir de se retrouver en zombie à cracher d'immenses gerbes de sang (tout en étant invulnérable aux attaques des soldats de Morden !), en version "chubby" pour avoir une force de frappe débridée ou encore en momie, même si cette dernière transformation est plus dispensable.

Se transformer c'est bien, mais avoir droit à pas moins de 10 moyens de transport (char, éléphant, sous-marin, avion, hélicoptère, autruche, etc.), c'est encore mieux ! La plupart peuvent encaisser des coups et tous disposent d'une mitraillette intégrée très efficace.

Metal Slug 3 ne serait pas un vrai Metal Slug sans ses combats épiques contre des boss souvent énormes. Il faut très rapidement analyser le schéma d'attaque de ces derniers sous peine de voir le compteur de vie s'égréner à grande vitesse.

Manette en main, ce Metal Slug 3 sauce PlayStation 4 convainc malgré le toucher légèrement différent imposé par le changement de vitesse du jeu. Rien de dramatique, mais cela reste déroutant les premières minutes de jeu.

 
Bilan
 
 

Code Mystics ne s'est pas vu confier le portage de n'importe quel jeu. Véritable joyau de la Neo·Geo, Metal Slug 3 se trouve ici adapté sans grande conviction. Si on pardonnera aisément les graphismes non remasterisés, on sera moins enclin à fermer les yeux sur l'animation plus lente ainsi que sur le contenu indigent. À ce propos, les adaptations sur PlayStation 2 et Xbox sont d'ailleurs clairement meilleures, même si elle ne bénéficient pas d'un joli habillage en 1920x1080.
Une sortie en boîte aurait également été appréciée, le jeu n'étant hélas commercialisé qu'en dématérialisé alors qu'il s'adresse certes aux joueurs n'ayant pas connu la Neo·Geo, mais également aux anciens joueurs.
Même s'il reste le prestige d'un tel jeu, il se trouve hélas réduit à l'état d'adaptation poussive par Code Mystics. C'est très bien de choisir un des tout meilleurs jeux de la Neo·Geo si le but est de frapper fort. Ici, ce n'est pas le cas. Metal Slug 3 méritait mieux.

- Habillage rénové
- Pas de censure
- Nombreux réglages

- Animation plus lente
- Contenu trop léger pour une adaptation
- Pas de remasterisation
- Pas de sortie en boîte

Tarma


 
     

   




 

SITES FILS